Arrière-plan
Paroisse de l'Église Apostolique Arménienne de Lyon et des Environs
/Le clergé de la Paroisse

Le clergé de la Paroisse

Les prêtres

L

e Père Isaac Hekimian (de son nom de naissance, Nurhan) est né en 1942 à Constantinople (Istanbul). Il est le fils unique de Régine et d’Andon, qui exerçait le métier de tailleur. Rescapé du génocide, ce dernier avait fui Ankara pour se réfugier à Bolis (nom donné par les Arméniens à la ville de Constantinople).

Nurhan habite avec ses parents dans le quartier arménien de Ferikur, où il fréquente l’école Mermetjian de son quartier. Dès son plus jeune âge, il aime chanter et se découvre très tôt une passion pour les merveilleux chants religieux et pour la liturgie en se rendant à l’église Sourp Vartanants jouxtant son école. Régulièrement, il participe aux cérémonies religieuses. Sur les conseils des anciens, il apprend les rites élémentaires de l’église apostolique arménienne. Peu à peu, sa vocation s’éveille ; elle se confirmera avec le temps.

Dans les années 1950/1960, l’épuration ethnique, le saccage des maisons et magasins, l’assassinat et le viol des chrétiens arméniens ou grecs, ou des Juifs, se poursuit à Istanbul. Une foule déchaînée se livre à un véritable pogrom qui a fait plus de 500 victimes durant deux jours, le 6 et 7 septembre 1955, plus de 5000 bâtiments, parmi lesquels des habitations, 73 églises, une synagogue, deux monastères, 26 écoles, des centaines de tombes, des usines, des hôtels et des bars ont été attaqués et pillés.

La peur quotidienne vécue par la population arménienne de Turquie rend impossible au jeune Nuhran de recevoir une formation dans une institution ou un séminaire. Il reçoit toutefois un solide enseignement auprès de ses pères tout en exerçant parallèlement le métier de technicien réparateur de réfrigérateurs.

Il épouse Hossanna en 1966. Il a un fils, deux filles et sept petits-enfants.

Il devient diacre en 1955, gravit les différents échelons et est consacré prêtre en 1976 en l’église Sourp Yérortoutioun (Sainte Trinité) d’Istanbul par le Patriarche Chenork Kaloustian et reçoit le nom de Isaac.

Il devient Kahana (prêtre marié) et sert pendant deux ans l’église Sourp Hripsimiants (Sainte Hripsimé) à Buyukdere, sur les rives du Bosphore.

De 1962 à 1964, il devient le soldat Nurhan Hekimian, subissant, pendant ces deux années de service militaire obligatoire, des hostilités, des vexations et les malveillances réservées aux Arméniens et aux chrétiens.

De retour à sa vie sacerdotale, son souhait le plus ardent est de quitter ce pays hostile, et d’installer sa famille dans un pays de culture chrétienne.

A l’occasion d’une rencontre avec Monseigneur Serovpé Manoukian, Délégué Catholicossal en France, le destin prit le tournant que le Père Isaac espérait.

En effet, l’église de Lyon était à la recherche d’un prêtre pour succéder au Père Torkom Postékian âgé et malade. C’est ainsi, qu’après avoir célébré la liturgie de la Nativité le 6 janvier 1978 à Istanbul, le Père Isaac Hékimian prit l’avion pour Lyon où il fut accueilli par Monseigneur David Sahaguian et Sebou Sarian, Président de l’UNEAALE.

Il commence immédiatement à effectuer son service sacerdotal au sein de l’église Sourp Hagop de Lyon.

Il contribue, sous l’autorité de Monseigneur Norvan Zakarian, à la mise en place des bases de l’école Markarian-Papazian, qui compte aujourd’hui plus de 200 élèves.

Outre les différentes bulles catholicossales qu’il a reçues d’Etchmiadzine, le Père Hékimian a été honoré à deux reprises par la République française qui lui a décerné les Palmes académiques en 1992 et le titre de chevalier dans l’Ordre National du Mérite en 2007.

Le Catholicos Karékine 1erlui décerne le titre d’archiprêtre (avak kahana).

L’archiprêtre Isaac Hékimian est aujourd’hui le doyen de tous les prêtres de France.

Depuis quarante ans, l’archiprêtre Isaac Hékimian a célébré plus de deux mille liturgies à Lyon, auxquelles il faut ajouter celles célébrées à Vienne, Charvieu, Paris ou Nice, 600 Mariages, 1900 baptêmes et 800 enterrements.

L

e Révérend-Père Zadik Avedikian est actuellement prêtre de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine à Ixelles et recteur de l’Église Apostolique Arménienne au Benelux.

N

é le 20 avril 1903 à Kutahya en Asie Mineure, le futur Père Torkom arrive en France en 1923 et s’installe à Vienne (Isère) avec sa famille. Il sert l’Église arménienne en tant que chantre tous les dimanches dans la salle qui faisait office d’église à Vienne. Lorsqu’il décide de devenir prêtre, il se retire pendant quarante jours dans l’église arménienne Sourp Asdvadzadzine (Sainte Mère de Dieu) de Décines comme le veut la Tradition puis est ordonné en 1948 dans cette église par l’archevêque Monseigneur Ardavazd Surméian. Il rejoind l’église Saint-Jacques de Nisibe de Lyon vers 1954 et demeure à son service jusqu’en 1975.

Il décède le 2 juin 1980. Ses funérailles sont célébrées par Monseigneur Sérovpé Manoukian, accompagné de l’archimandrite Norvan Zakarian, du Père Isaac Hékimian et du prêtre paroissial de Décines Meguerditch Balabanian. Il repose en paix au cimetière de Cusset (Villeurbanne).

« En hommage au défunt, dont toute la vie ne fut que modestie et désintéressement, nous osons dire que son enterrement a été accompli à son image, dans la simplicité mais empli de sublimité. Nous offrons ces lignes comme un bouquet de fleurs à son souvenir inoubliable et à sa tombe » (Extrait de l’article paru dans le journal Haratch le vendredi 4 juillet 1980 sous la plume de Kevork Kabakdjian)

L

e Père Garabed Harutyunyan est né en 1971 à Etchmiadzine (Arménie). Il passe 6 ans au séminaire de cette ville et acquiert le titre de diacre (étude sur les cantiques religieux). Ordonné prêtre en 1995, il fait vœu de célibat et enseigne le Nouveau Testament au séminaire du Saint-Siège.

A son arrivée en France, en 1998, il est nommé recteur des paroisses arméniennes de l’Isère (Pont de Chéruy/Charvieu, Grenoble, Vienne). Il suit des cours à l’Institut catholique de Lyon et s’investit dans l’acquisition de la nouvelle église de Grenoble. En 1999, il est élevé à la dignité d’archimandrite (vartabed : docteur de la foi) après avoir soutenu un mémoire consacré à G. Yézian, historien de l’Église arménienne. Il participe aux relations œcuméniques et aux échanges inter-religieux sans négliger les questions concrètes : nouveaux prêtres mariés à Décines, Grenoble et Saint-Étienne, restauration d’une église à Romans…

Au départ de Monseigneur Norvan Zakarian pour sa prise de fonctions à Paris de primat du diocèse de l’Église apostolique arménienne de France nouvellement créé, le Père Garabed Harutyunyan est nommé recteur de la cathédrale lyonnaise Saint-Jacques et vicaire pour la région Rhône-Alpes. Il doit coordonner le développement de l’action régionale de l’Église apostolique arménienne et surveiller le bon fonctionnement des églises de la région Rhône-Alpes.

Les diacres

N

é le 24 août 1976 à Istanbul Turquie, Arda Devletyan est arrivé en France à l’âge de 7 ans et a fait toute sa scolarité en France, où il a obtenu un DUT en technico-commercial. Le 28 octobre 1990, il a été ordonné clerc avec d’autres jeunes pour le service de l’église par Monseigneur Norvan Zakarian.

Avec son frère, Ari Devletyan, il a commencé à servir la Divine Liturgie en juin 2010. En octobre 2011, ils sont tous deux ordonnés sous-diacres (Guissa Sarghavark) ou porteur d’étole par Monseigneur David Sahaguian à l’église apostolique arménienne Sourp Hagop (Saint-Jacques-de-Nisibe) de Lyon. Le 26 mai 2013, Monseigneur David Sahaguian les ordonnent diacre avec Armen Margarian (devenu depuis le Père Tavit).

De gauche à droite, agenouillés : Ari et Arda Devletyan et Tavit Margaryan.
Au 2ème rang, debout : Hampartsoum Hadjenian, Sarkis Donabedian, Mgr David Sahaguian, Père Isaac Hékimian, Yervant Yanikkus (à l’arrière).

N

é le 19 avril 1982 à Istanbul Turquie, Ari Devletyan est arrivé en France à l’âge de 1 an. Il est titulaire d’un DUT en Génie électrique et informatique industriel.

Avec son frère, Arda Devletyan, il a commencé à servir la Divine Liturgie en juin 2010. En octobre 2011, ils sont tous deux ordonnés sous-diacres (Guissa Sarghavark) ou porteur d’étole par Monseigneur David Sahaguian à l’église apostolique arménienne Sourp Hagop (Saint-Jacques-de-Nisibe) de Lyon. Le 26 mai 2013, Monseigneur David Sahaguian les ordonnent diacre avec Armen Margarian (devenu depuis le Père Tavit).

De gauche à droite, agenouillés : Ari et Arda Devletyan et Tavit Margaryan.
Au 2ème rang, debout : Hampartsoum Hadjenian, Sarkis Donabedian, Mgr David Sahaguian, Père Isaac Hékimian, Yervant Yanikkus (à l’arrière).

V

azken Eskijian est originaire de Damas (Syrie) où il né le 31 juillet 1961. Il est ordonné diacre le 23 décembre 2001 en l’église Sourp Hagop (Saint-Jacques) de Lyon par Monseigneur Norvan Zakarian. Depuis la rentrée scolaire 2007, il enseigne l’histoire religieuse de l’Arménie aux enfants des classes CE1, CE2, CM1, CM2, de l’école Markarian-Papazian. Il est membre fondateur de l’association des anciens élèves de l’école Markarian-Papazian et membre de l’Association de Gestion Pour l’Arménien (AGPA) du collège Charles de Foucault.

De gauche à droite : Ari Devletyan, Vazken Eskijian, Père Isaac Hékimian, Arda Devletyan.

D

iplômé de l’université Lumière (Lyon II), Sahag (Philippe) Sukiasyan est issu d’une famille arménienne de Turquie, installée en France à la suite du génocide de 1915. Sa famille a activement participé à la vie ecclésiale de la communauté arménienne de Lyon et de Vienne (Isère). Il sert l’Église Apostolique Arménienne depuis l’âge de neuf ans comme enfant de chœur et a été ordonné diacre en 1986. Il a été membre du conseil d’administration de la paroisse Saint-Jacques de Lyon avant de poursuivre une année d’études à l’Académie de Théologie de Saint-Etchmiadzine.

Il participe depuis plus de trente ans au dialogue entre les diverses confessions chrétiennes comme représentant de notre Église dans divers mouvements et organes de la presse œcuménique. Il a intégré la délégation de l’Église Arménienne auprès du Conseil d’Églises chrétiennes en France (CECEF). Il assure depuis plus de dix ans un cours d’introduction à la spiritualité et à l’histoire de l’Eglise arménienne au sein de l’Institut supérieur d’études œcuméniques (ISEO) de l’Institut Catholique de Paris.

K

evork Pohanyan est né le 20 novembre 1931 à Istanbul (Turquie). Dès son plus jeune âge, il fréquente l’église. En 1980, par autorisation du Patriarche des Arméniens de Turquie, S.E. Monseigneur Chenork Kaloustian, Monseigneur Chahan Sivadjian lui remet l’étole.

Il est l’un des fondateurs de la chorale Knar de l’église Saint Yeritz-Mangants. De 1950 à 1960 il est membre de la chorale Sahag Mesrob de Talarkur. De 1960 à 1974, il occupe à la fois les postes de président et de secrétaire de cette chorale. De 1974 à 1982, il devient le trésorier du Conseil Paroissial de cette même ville en servant l’église avec une méticulosité et un sérieux exemplaire.

Dès son arrivée en France en 1982, il sert l’autel de l’église Saint Jacques de Lyon en tant que diacre puis en tant qu’archidiacre à partir de 1984. A la demande de Monseigneur Norvan Zakarian, Primat du Diocèse Arménien de France, Sa Sainteté Karékine II, Catholicos de Tous les Arméniens, lui décerne le 16 décembre 2007 la médaille honorifique de Saint Nersès Chenorhali pour les services rendus à l’Eglise Apostolique Arménienne.

Ses funérailles ont eu lieu le 9 juin 2010 en l’église Saint-Jacques de Lyon en présence du Primat, Monseigneur Norvan Zakarian, du Révérend Père Garabed Harutyunyan, Vicaire Général du Diocèse de la Région Rhône-Alpes, du Père Isaac Hekimian, avec lequel il collabora des années durant pour le rayonnement de l’église sans jamais transiger quant aux rites originels, ainsi que des nombreux diacres avec lesquels il avait tissé des liens étroits, en particulier le diacre Vazken Eskijian.

Â

gé de 31 ans, Freddy Saboundjian, chef d’entreprise, a commencé à servir l’église Sourp Hagop (Saint Jacques) de Lyon en novembre 2014.
Le 13 décembre 2015, il est ordonné sous-diacre (guissa-sargavak) par Monseigneur Vahan Hovhanessian, primat du diocèse de France de l’Église Apostolique Arménienne.
Il est l’un des responsables du groupe de jeunes de l’Église Apostolique Arménienne de Lyon-Décines «Louys».